Médecine Esthétique
Le Docteur Guillaume Drossard est à votre disposition pour tout renseignement concernant un acte de chirurgie plastique ou esthétique. Il se fera un plaisir de vous rencontrer, de vous écouter et de vous guider afin de mieux définir, ensemble, vos besoins.

PRP (PLASMA RICHE EN PLAQUETTES)

Qu’est-ce-que le PRP ?

Depuis le début des années 2000, les chirurgiens utilisent cette technique pour accélérer la guérison dans la chirurgie buccale ou dans la maladie parodontale.

Les plaquettes produisent un facteur de croissance épidermique qui stimule la production de vaisseaux sanguins permettant ainsi de stimuler les processus de cicatrisation.

Actuellement, le PRP fait l’objet de recherches dans le traitement des tendinites et de l’arthrose du genou, et certains sportifs en bénéficiant montrent des résultats probants. Il pourrait même y avoir un effet synergique avec l’acide hyaluronique.

 

Quelles sont les indications du PRP ?

  • La revitalisation de la vascularisation va permettre d’obtenir une peau plus rosée, plus tonique, donnant ainsi un aspect de bonne mine.
  • Les cernes sont difficiles à traiter. Le PRP est une nouvelle voie thérapeutique qui donne des résultats très intéressants, cela traite non seulement le creux des cernes, mais aussi la couleur.
  • Le PRP va stimuler les follicules capillaires au repos, et ainsi relancer la repousse ; il s’agit d’une véritable alternative au Minoxydil et au Propecia.

 

Le PRP en pratique ?

La technique est simple, le sang du patient sera prélevé et centrifugé durant 5 minutes à 3000 tours/minute. On obtient ainsi une certaine quantité de plasma riche en plaquettes totalement biocompatible. Il sera ensuite injecté comme tout autre produit de comblement.

Les facteurs de croissance ainsi injectés vont stimuler le métabolisme cellulaire. La peau deviendra plus tonique, le teint sera plus uniforme, plus rosé car mieux vascularisé et donnant ainsi un aspect de « bonne mine ».

À chaque zone est associé un protocole. Les résultats sont visibles dès la première séance. En général, un traitement d’attaque est nécessaire avec 3 séances espacées d’un mois puis, 1 à 2 séances en fonction de l’évolution clinique.

© 2018 Guillaume Drossard. Tous droits réservés. - Site réalisé par EBELAIR - Réalisation graphique Studio Z