Chirurgie Réparatrice
Le Docteur Guillaume Drossard est à votre disposition pour tout renseignement concernant un acte de chirurgie plastique ou esthétique. Il se fera un plaisir de vous rencontrer, de vous écouter et de vous guider afin de mieux définir, ensemble, vos besoins.
Télécharger

HYPERTROPHIE MAMMAIRE

INDICATIONS

L'hypertrophie mammaire est définie par un volume des seins trop important, notamment par rapport à la morphologie de la patiente. Cet excès de volume est en général associé à un affaissement des seins (ptose mammaire) et parfois à un certain degré d'asymétrie. L'hypertrophie mammaire implique presque toujours un retentissement physique et fonctionnel (douleurs du cou, des épaules et du dos, gêne pour la pratique des sports, difficultés vestimentaires). Il existe aussi fréquemment un retentissement psychologique notable. 

Ces troubles justifient la prise en charge par l'assurance maladie.

 

PRINCIPES

L'intervention chirurgicale a pour but la réduction du volume des seins, la correction de la ptose et d'une éventuelle asymétrie, afin d'obtenir deux seins harmonieux en rapport à la morphologie de la patiente (deux seins réduits, ascensionnés, symétrisés et remodelés).

L'intervention réalise l'ablation du tissu glandulaire en excès. On conserve un volume en harmonie avec la silhouette de la patiente et conforme à ses désirs. Ce volume glandulaire résiduel est ascensionné, concentré et remodelé. Il faut ensuite adapter l'enveloppe cutanée, ce qui impose de retirer la peau en excès de manière à assurer une bonne tenue et un bon galbe aux nouveaux seins. 

Les berges de la peau ainsi découpées sont alors suturées : ces sutures sont à l'origine des cicatrices. Elles ont souvent la forme d'un T inversé avec trois composantes : 

  • péri-aréolaire : au pourtour de l'aréole entre la peau brune et la peau blanche, 
  • verticale : entre le pôle inférieur de l'aréole et le sillon sous-mammaire, 
  • horizontale : dissimulée dans le sillon sous-mammaire et de longueur proportionnelle à l'importance de l'hypertrophie et de la ptose. 

Parfois, notamment lorsque l'hypertrophie et la ptose sont modérées, on peut réaliser une méthode dite « verticale » qui permet de supprimer la cicatrice transversale dans le sillon sous-mammaire et de réduire la rançon cicatricielle à ses composantes péri-aréolaire et verticale. 

Une plastie mammaire pour hypertrophie peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et au-delà, pendant toute la durée de la vie. Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible ainsi qu'un allaitement, mais on conseille d'attendre au moins six mois après l'intervention. Le risque de survenue d'un cancer n'est pas augmenté par cette intervention.

 

AVANT L'INTERVENTION

Un bilan préopératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions. Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l'intervention. Outre les examens préopératoires habituels, il peut être utile de vérifier l'imagerie mammaire (mammographie, échographie). 

Aucun médicament contenant de l'aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention.

 

TYPE D'ANESTHÉSIE ET MODALITÉS D'HOSPITALISATION

Type d'anesthésie : Il s'agit d'une anesthésie générale classique, durant laquelle vous dormez complètement. Très rarement, dans le cas où le volume mammaire est très important, une autotransfusion sanguine peut être justifiée. 

Modalités d'hospitalisation : Une hospitalisation de 24h est habituellement nécessaire.

 

INTERVENTION

Les tissus enlevés sont systématiquement adressés à un laboratoire spécialisé pour être examinés au microscope (examen histologique). En fin d'intervention, un pansement modelant, avec des bandes élastiques en forme de soutien-gorge, est confectionné. 

En fonction du chirurgien et de l'importance de l'hypertrophie, l'intervention peut durer de deux à trois heures.

 

SUITES OPÉRATOIRES

Les suites opératoires sont en général peu douloureuses, ne nécessitant que des antalgiques simples. Un œdème et des ecchymoses des seins, ainsi qu'une gêne à l'élévation des bras sont fréquemment observés. 

Le premier pansement est retiré au bout de 48 heures et remplacé par un pansement plus léger, réalisant une sorte de bustier élastique confectionné sur mesure.

La sortie a lieu un à cinq jours après l'intervention, puis la patiente est revue en consultation deux à trois jours plus tard. On met alors en place un soutien-gorge assurant une bonne contention (dont la taille aura été évaluée au moment du pansement réalisé à la clinique avant la sortie). Le port de ce soutien-gorge est conseillé pendant environ un mois, nuit et jour, au décours de l'intervention. Les fils de suture ne sont pas résorbables. 

Il convient d'envisager une convalescence et un arrêt de travail d'une durée de 8 à 15 jours. 

On conseille d'attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.

 

RÉSULTAT

Il ne peut être jugé qu'à partir d'un an après l'intervention : la poitrine a alors le plus souvent un galbe harmonieux, symétrique ou très proche de la symétrie, et naturel. Au-delà de l'amélioration locale, cette intervention a en général un retentissement favorable sur l'équilibre du poids, la pratique des sports, les possibilités vestimentaires et l'état psychologique. Il convient simplement d'avoir la patience d'attendre le délai nécessaire à l'atténuation des cicatrices et d'observer pendant cette période une bonne surveillance, au rythme d'une consultation environ tous les trois mois pendant un an. Le sein opéré est un sein qui reste naturel et sensible, notamment aux variations hormonales.

 

Les imperfections de résultat

Il s'agit essentiellement des cicatrices, qui font l'objet d'une surveillance attentive : il est fréquent qu'elles prennent un aspect rosé et gonflé au cours des deuxième et troisième mois postopératoires ; au-delà, elles s'estompent en général progressivement pour devenir, avec le temps, peu visibles (elles ne disparaissent jamais complètement). 

 

 

À cet égard, il ne faut pas oublier que si c'est le chirurgien qui réalise les sutures, la cicatrice, elle, est le fait de la patiente. Parfois, il peut persister une asymétrie des seins, qu'il s'agisse du volume, de la hauteur, de la taille ou de l'orientation des aréoles. Dans tous les cas, une correction chirurgicale secondaire peut être faite, mais il convient d'attendre au moins un an ou deux.

Ainsi, dans la très grande majorité des cas, cette intervention, bien étudiée au préalable et correctement réalisée, donne un résultat très appréciable en terme de confort, même si la rançon cicatricielle inévitable en reste le principal inconvénient.

Il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience qu'une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d'aléas. Le recours à un chirurgien plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir éviter ces complications, ou les traiter efficacement le cas échéant.

© 2018 Guillaume Drossard. Tous droits réservés. - Site réalisé par EBELAIR - Réalisation graphique Studio Z