Chirurgie Esthétique
Le Docteur Guillaume Drossard est à votre disposition pour tout renseignement concernant un acte de chirurgie plastique ou esthétique. Il se fera un plaisir de vous rencontrer, de vous écouter et de vous guider afin de mieux définir, ensemble, vos besoins.

LA MASTOPEXIE POUR PTÔSE DES SEINS

INDICATIONS

La ptôse mammaire est définie par un affaissement de la glande et une distension de la peau qui l’enveloppe. Le sein est en position trop basse et de plus, fréquemment « déshabité » dans sa partie supérieure.

La ptôse peut exister d’emblée mais survient le plus souvent après un amaigrissement important ou au décours d’une grossesse avec allaitement. Elle peut être isolée : on parle alors de « ptôse pure ». Elle peut aussi être associée à un certain degré d’hypertrophie mammaire.

On peut à l’inverse observer une ptôse mammaire dans le contexte d’un sein trop petit (hypoplasie ou hypotrophie mammaires).

 

PRINCIPE

Le choix de la technique utilisée est évalué par votre chirurgien en fonction de vos caractéristiques anatomiques et de votre désir éventuel d'augmentation mammaire associé.

L’intervention chirurgicale a pour but de remettre l’aréole et le mamelon en bonne position, de reconcentrer et d’ascensionner la glande, puis de retirer la peau excédentaire afin d’obtenir deux seins harmonieux, joliment galbés et ascensionnés.

Seules les ptôses des hypertrophies mammaires ou des malformations mammaires (seins tubéreux) peuvent faire l'objet d'un remboursement par l'assurance maladie.

 

TYPES D’ANESTHÉSIE ET MODALITÉS D’HOSPITALISATION

Types d’anesthésie : L’hospitalisation est en ambulatoire, voire d’une nuit. 

Modalités d’hospitalisation : Il s’agit d’une anesthésie générale, parfois anesthésie locale et d’une durée de 1 à 3 heures.

 

INTERVENTION

L’opération consiste à remodeler le sein en agissant sur l’enveloppe cutanée et sur le tissu glandulaire. La glande est concentrée et placée en bonne position. Il faut ensuite adapter l’enveloppe cutanée, ce qui impose de retirer la peau en excès de manière à assurer une bonne tenue et une belle forme au nouveau sein.

Ces gestes permettent de replacer l’aréole et le mamelon qui étaient situés trop bas.

Les berges de la peau qui ont été découpées sont suturées en fin d’intervention : ces sutures sont à l’origine des cicatrices.

En cas de ptôse très importante, la cicatrice à la forme d’un T inversé avec trois composantes : 

  • péri-aréolaire au pourtour de l’aréole entre la peau brune et la peau blanche, 
  • verticale entre le pôle inférieur de l’aréole et le sillon sous mammaire, 
  • horizontale dissimulée dans le sillon sous mammaire. La longueur de la cicatrice horizontale est proportionnelle à l’importance de la ptôse.

 

Interventions associées :

  • Mise en place de façon concomitante d’implants mammaire durant le même temps opératoire (petites ptôses) ;
  • Mise en place de façon différée d’implants mammaires lors d’un autre temps opératoire (grandes ptôses) ;
  • Lipomodelage mammaire concomitant : on prélève de la graisse d’une stéatomérie (culotte de cheval, face interne des cuisses, ventre), elle est préparée (purification avec un Puregraft) puis réinjectée à l’endroit souhaité en fonction de l’anatomie de la poitrine et des desiderata de la patiente.

 

SUITES OPÉRATOIRES

Les suites opératoires sont en général peu douloureuses, ne nécessitant que des antalgiques simples. Un gonflement et des ecchymoses des seins, ainsi qu’une gêne à l’élévation des bras sont fréquemment observés.

Le premier pansement est retiré au bout de 24 heures et est remplacé par un pansement plus léger. Le port d’un soutien-gorge dédié, assurant une bonne contention, est prescrit et conseillé pendant environ un mois, nuit et jour, au décours de l’intervention. Les fils de suture, sont résorbables. Il n’y a pas de fils à retirer.

La sortie a lieu 12 à 24 heures après l’intervention, puis la patiente est revue en consultation deux à trois jours plus tard. 

Il convient d’envisager une convalescence et un arrêt de travail d’une durée de 7 à 10 jours. On conseille d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.

 

RÉSULTAT

Il ne peut être jugé qu’à partir d’un an après l’intervention : la poitrine a alors le plus souvent un galbe harmonieux et naturel, symétrique ou très proche de la symétrie. Au-delà de l’amélioration locale, cette intervention a en général un retentissement favorable sur l’équilibre du poids, la pratique des sports, les possibilités vestimentaires et l’état psychologique.

Il convient simplement d’avoir la patience d’attendre le délai nécessaire à l’atténuation des cicatrices et d’observer pendant cette période une bonne surveillance, au rythme d’une consultation environ tous les trois mois à six mois pendant un an. Le sein opéré est un sein qui reste naturel et sensible, notamment aux variations hormonales et pondérales.

Le but de cette chirurgie est d’apporter une amélioration et non pas d’atteindre la perfection. Si vos souhaits sont réalistes, le résultat obtenu devrait vous donner la plus grande satisfaction.

 

© 2018 Guillaume Drossard. Tous droits réservés. - Site réalisé par EBELAIR - Réalisation graphique Studio Z