Chirurgie Esthétique
Le Docteur Guillaume Drossard est à votre disposition pour tout renseignement concernant un acte de chirurgie plastique ou esthétique. Il se fera un plaisir de vous rencontrer, de vous écouter et de vous guider afin de mieux définir, ensemble, vos besoins.
Télécharger

RHINOPLASTIE

PRINCIPES

Il s’agit d’une opération très particulière ; en effet le nez est situé anatomiquement au milieu du visage. Il est souvent, notamment chez l’homme, le support d’une partie importante de la personnalité. Les critères esthétiques qui le caractérisent sont particuliers à chaque individu, de sorte que la réalisation d’une opération standardisée est à proscrire. 

À chacun son nez : une approche individuelle est nécessaire, avec un travail sur documents photographiques et le recours systématique à un logiciel de morphing 3D via un appareil photographique 3D, le Vectra X3. L’étude des modifications à envisager en sera facilitée et donnera un aperçu approximatif du résultat final. 

De plus, le nez est un organe essentiel pour l’odorat, le goût et la respiration ; il sert notamment à réchauffer, à humidifier et à purifier l’air inspiré. L’intervention visera à respecter, voire à améliorer la fonction tout en corrigeant le défaut esthétique.

 

INTERVENTION

La méthode la plus répandue est appelée « confidentielle », car tout se passe par voie intra-nasale sans cicatrices externes. 

Le chirurgien travaille alors par les orifices naturels avec un éclairage et des instruments adaptés : les os pourront ainsi être retaillés, les cartilages réduits et remodelés. Quelquefois, l’importance des narines pourra conduire à une résection latérale de ces dernières, inscrites dans un pli naturel, ce qui évitera une cicatrice visible. 

Rarement, un recours nécessaire à la voie externe sera rendu nécessaire en raison de l’importance de la correction, notamment dans les rhinoplasties secondaires ou les séquelles de traumatisme violent. Toutes aussi rares, les interventions réparatrices après amputation partielle ou totale du nez, secondaires à un accident ou à une chirurgie large pour cancer.

 

SUITES OPÉRATOIRES

Dans les cas habituels purement esthétiques, un séjour en ambulatoire est suffisant. 

Le port d’un plâtre est habituel pour une durée de 7 à 10 jours, ainsi que la présence de mèches dans le nez pendant 24h dans 80 % des cas. Les douleurs post-opératoires sont très rares en dépit de la réputation habituellement faite à cette opération. Les œdèmes sont en revanche la règle, tout comme les ecchymoses, mais elles disparaissent très rapidement. 

A l’ablation du plâtre, le nez, quoique massif, est « socialement » normal. Le patient ressent une impression de corps étranger, comme si « c’était du bois » ; cette sensation est liée à la sidération de l’innervation sensitive et disparaît progressivement en quelques semaines. 

Les incidents et les complications sont très rares mais il peut s’agir d’hémorragies ou d’infections post-opératoires. Le gonflement peut en revanche persister plus longtemps que prévu et nécessiter la poursuite d’un traitement anti-inflammatoire. Par la suite, les forces en jeu dans la cicatrisation de tissus très différents (os, cartilage, muqueuse, peau) peuvent entraîner la survenue de petits défauts tels qu’une légère déviation de la pointe nasale ou la survenue d’irrégularités de l’arête nasale. Une retouche secondaire sera alors à envisager quelques mois plus tard : le taux de réintervention est d’environ de 2%. Il s’agira toujours d’une intervention mineure, beaucoup plus légère que la première.

 

Le Dr Drossard est à l’origine de nombreuses communications dans les différents congrès de la spécialité, concernant une des techniques de rhinoplastie qui lui est propre.

 

© 2018 Guillaume Drossard. Tous droits réservés. - Site réalisé par EBELAIR - Réalisation graphique Studio Z