Chirurgie Esthétique
Le Docteur Guillaume Drossard est à votre disposition pour tout renseignement concernant un acte de chirurgie plastique ou esthétique. Il se fera un plaisir de vous rencontrer, de vous écouter et de vous guider afin de mieux définir, ensemble, vos besoins.
Télécharger

LES PAUPIÈRES - BLÉPHAROPLASTIE - CERNES

PALPÉBROPLASTIE (ou blépharoplastie) SUPÉRIEURE

INDICATIONS

Pour des paupières supérieures lourdes et tombantes.

 

INTERVENTION

Après l’ablation d’un fuseau cutané de part et d’autre du pli palpébral supérieur, une ouverture du muscle orbiculaire pour l’ablation éventuelle de la graisse orbitaire excédentaire est effectuée. La fermeture cutanée laissant une cicatrice invisible reconstitue le nouveau pli palpébral en bonne position. L’hospitalisation est de quelques heures car l’intervention est souvent pratiquée sous anesthésie locale. 

 

SUITES OPÉRATOIRES

L’apparition d’un œdème postopératoire souvent important mais facilement résolutif (grâce aux anti-inflammatoires et à l’application de glace sur les paupières). Quelques ecchymoses sont possibles. Les fils sont enlevés au 6e jour postopératoire. Une activité sociale est possible à l’ablation des fils.

Les incidents et complications sont très rares. On peut observer une certaine sécheresse oculaire pendant quelque temps et une légère difficulté à la fermeture des yeux pendant 2 ou 3 jours.

 

 

PALPÉBROPLASTIE (ou blépharoplastie) INFÉRIEURE

INDICATIONS

Pour une peau palpébrale fripée, gonflement avec poches graisseuses, chute marquée de la commissure externe des yeux.

 

TYPE D’ANESTHÉSIE ET MODALITÉS D’HOSPITALISATION

Réalisation sous anesthésie locale ou générale s’il y a des gestes associés. Quelques heures d’hospitalisation car l’intervention est souvent pratiquée sous anesthésie locale. 

 

INTERVENTION

Une incision cutanée le long du bord ciliaire inférieur est réalisée. C’est une technique mini-invasive de mini-blépharoplastie, possible s’il y a un petit excès de peau. L’ablation des poches graisseuses excédentaires est parfois utilisée pour combler le cerne selon la technique de « Tear Trough Procedure ». 

Parfois, il faut aller un peu plus loin et sectionner le ligament ORL afin d’effectuer un lifting centro-facial. Il existe une véritable hernie musculaire au niveau des fibres de l’orbiculaire et un simple rapprochement musculaire suffit. 

D’autres fois enfin, en l’absence d’excédent de peau, le chirurgien choisira une voie trans-conjonctivale, passera donc par l’intérieur de la paupière et sans incision de la peau. Une adaptation technique peut permettre l’obtention d’un œil plus en
« amande » et de « défatiguer » le regard (technique de FURUKAWA).

Ainsi, on comprendra bien qu’au niveau des paupières inférieures, les techniques choisies sont fonction de l’analyse clinique du patient. Evidemment, certaines techniques ne donneront que très peu d’ecchymoses, alors que d’autres auront des suites plus longues (lifting médio-facial). Des techniques de comblement peuvent être associées, que ce soit par microlipostructure avec le Lipopen® ou d’injection d’acide hyaluronique. 

 

SUITES OPÉRATOIRES

L’œdème post-opératoire est souvent important mais facilement résolutif (grâce aux anti-inflammatoires et à l’application de glace sur les paupières). Quelques ecchymoses sont possibles, elles sont fonction de la technique utilisée.

Les incidents sont peu fréquents mais moins rares que dans les palpébroplasties supérieures. En effet, dans la technique classique, la survenue d’un hématome ou la pratique par le chirurgien d’une excision cutanée à peine surévaluée peuvent entraîner un aspect résiduel d’ « œil rond » ou « scleral show », et même un ectropion (œil de cocker), ce qui nécessitera à terme une reprise chirurgicale. Cependant, il existe des moyens de dépister à l’examen clinique pré-opératoire les patients qui peuvent être sujets à ce type de problème. Le geste opératoire sera alors adapté.

 

© 2018 Guillaume Drossard. Tous droits réservés. - Site réalisé par EBELAIR - Réalisation graphique Studio Z